Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Tout est dans la tête.



La Sharia de la minorité, c'est fiqh de la faiblesse, du dominé. Celui qui, conscient de sa réalité, doit savoir s'effacer, se soumettre et accepter pour se préserver et négocier son droit à exister.

Mais derrière ces beaux mots, ce n'est qu'une posture de l'esprit qui reflète une manière d'être vis à vis du dominant, qui est devenu une obsession au centre de toutes ses préoccupations.

Illusionné par la puissance des puissants, il en oublie la puissance du Puissant. Obnubilé par la faiblesse des musulmans, il en oublie le rayonnement et la vitalité de l'Islam.

Plongé dans sa réalité misérable, c'est la position du faible, de celui qui ne perçoit le dominant qu'en relevant servilement la tête. Car le dominant est nécessairement en haut.

Dans son regard à l'autre, il ne se conçoit que dans la dimension verticale, il ne comprend plus ce qu'est la relation horizontale d'égal à égal :

- Son rapport à la communauté n'est que vertical, il regarde ses coreligionnaires d'en haut. Il reproduit le mépris des Puissants, et ce mépris auquel il est lui-même régulièrement soumis. Il y a ceux qui savent et ceux qui doivent suivre, il y a ceux qui décident et ceux qui appliquent, il y a ceux qui ont compris et ceux qui ne pourront pas comprendre, il y a l'élite bourgeoise et la "populasse", il y a le musulman éclairé et l'Islam des banlieues.

- Son rapport à ses Maîtres est tout aussi vertical. D'ailleurs, il ne sait plus ce qu'est ce mouvement horizontal de la tête, qui de droite à gauche exprime le refus. Et ce n'est que dans le hochement de cette même tête qu'il exprime son amour vertical de la servitude.

Il ne comprend plus que tout est dans sa tête et qu'il crée sa propre servitude, car effectivement tout est dans la tête...

Yamin Makri

Tout est dans la tête.
Tag(s) : #Réflexions, #Islam

Partager cet article

Repost 0