Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Personne ne peut justifier de telles attaques, mais il faut dire que les fusillades dans le sud ouest de la France sont le résultat, terrible et désastreux, de la politique de guerre de l'Occident et du racisme anti-musulman.


Le Président français Nicolas Sarkozy a placé la France au centre de la dynamique américaine de guerre "contre le terrorisme" et a été un acteur fondamental de l'introduction dans la législation française de lois qui ont enflammées le sentiment anti-musulman dans son pays.


Les fusillades dans le sud ouest de la France sont, paraît-il, l'œuvre d'un jeune Algérien musulman, formé dans des camps en Afghanistan et au Pakistan. Il parait qu'il s'est échappé, avec d'autres prisonniers, de la prison de Kandahar lors d'une évasion organisées par les talibans.


Personne ne peut justifier de telles attaques, qui ont vu le meurtre d'écoliers juifs, d'un rabbin et de soldats français issus d'Afrique du Nord ou des Antilles.


Mais ne devrait-on adopter une posture de doute et se dire que cet acte ne peut pas être expliqué simplement comme un crime haineux isolé, ou comme l'acte d'un fanatique. Se dire qu'il est le résultat terrible et désastreux d'une série de choix politiques qui auraient pu être ne pas être pris et qui, aujourd'hui, s'ils continuent, risqueraient d'empirer encore la situation.


Tout d'abord, il y a des années de racisme contre les musulmans en France.
Actuellement, la campagne présidentielles voit Nicolas Sarkozy déployer une tempête d'arguments racistes dans sa tentative de gagner des voix au parti d'extrême-droite qu'est le Front national. Il attaque les non français et affirme que les français sont contraints de manger de la viande halal.


L'interdiction pour les femmes portant le hijab d'aller à l'école, le taux élevé de chômage chez les jeunes d'origine nord-africaine, les violences policières dans les banlieues qui entourent les grandes villes de France, contribue à renforcer cette vague de racisme.


Sarkozy qui en appelle maintenant à l'unité a, en fait, passé ces dernières semaines a créer la désunion entre les races.
Les tirs sur l'école juive de Toulouse lundi dernier a eu lieu lors du 50e anniversaire de la fin de la guerre pour l'indépendance algérienne, une guerre qui a encore un goût amer en France, celui du racisme et du colonialisme.


Les guerres récentes en Afghanistan, en Irak et en Libye étaient censées mettre fin au terrorisme. Au lieu de cela le terrorisme a augmenté partout dans le monde. Les problèmes que la guerre devaient résoudre se sont développés au cours des dix dernières années. Les occupations militaires des pays à majorité musulmane, l'incapacité à répondre aux enjeux posés par la lutte des Palestiniens, les menaces actuelles pesant sur l'Iran, et, fait peut-être encore plus important, le nombre croissant de morts civils en Afghanistan, tout cela a alimenté ce sentiment d'injustice.


Le massacre de 16 civils afghans aux mains d'un soldat américain il y a deux semaines a été traitée avec beaucoup moins d'indignation que les meurtres français, conduisant à la perception que la vie des Afghans ont moins de valeur que celles des Occidentaux.


L'ancienne chef du MI5, Eliza Manningham Buller, témoignant pour l'enquête Chilcot sur la guerre en Irak, a déclaré que les services de renseignement britannique avaient averti le gouvernement que ces guerres ne feraient qu'aggraver le terrorisme, pas le diminuer.


Ceux qui ont soutenu les guerres sont comme les Bourbons - ils n'apprennent rien et n'oublient rien. Leurs réponses à cet acte terrible sera de justifier encore plus leurs guerres, de consacrer encore plus d'argent à l'armée et à l'armement, de renforcer encore le contrôle sur les musulmans : de renforcer tout ce qu'ils ont fait depuis des années pour étendre la guerre «contre le terrorisme».


Ils continueront également à traiter les musulmans comme des citoyens de seconde zone, renforceront les interdits vestimentaires ou comportementaux. L'islamophobie n'est pas une aberration en France: elle découle directement du soutien aux guerres impérialistes et de l'héritage de la domination coloniale.


La seule façon de mettre fin aux attaques terroristes serait de trouver des solutions politiques qui considère ces problèmes là en premier lieu, comme des injustices. Cette réflexion porte sur Sarkozy mais considérant Cameron, on devrait y penser de la même manière.

21 Mars 2012, Lindsey German,
Porte-parole de Stop The War coalition. Traduction de Sarah Ben.
Texte original ici

Mohamed Merah n’était pas fou.
Tag(s) : #International

Partager cet article

Repost 0