Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quels objectifs ?

 

 

Les principes de notre idéal islamique et de notre méthode réformiste doivent se conjuguer de façon à pouvoir opérer une action pertinente et cohérente. Le défi n’est pas des plus aisés, car il s’agit de pouvoir affirmer sereinement et sainement notre présence et enfin de pouvoir formuler un discours véritable axé sur le témoignage et l’action.

 

Ø   Notre spiritualité : pour se libérer, et non pas seulement pour se protéger.À l’heure où certains se plaisent à voir dans l’islam le sens d’un enfermement et la somme de restrictions, nous avons pour tâche de montrer l’aspect libérateur de la spiritualité musulmane. Témoigner de Dieu, c’est se libérer de l’homme, de ses passions, de ce que la société tente de nous imposer en terme de mode, de tendance et de dictature normative. Il nous faut comprendre que notre spiritualité n’a pas pour seul but de nous protéger de nous-mêmes ou des autres ; elle se veut plus ambitieuse et plus noble : la spiritualité tend à nous faire comprendre que les seules chaînes qui nous emprisonnent sont celles que nous nous imposons. Notre foi doit être inspiratrice de compréhension et de sens ; elle doit chercher à nous libérer de tout ce qui pourrait nous aliéner et non seulement nous protéger de ce que nous craignons. Vivre sa spiritualité, c’est reconnaître sa soumission volontaire en l’Unique, mais c’est aussi comprendre qu’au-delà de cette reconnaissance, nulle âme ni force ne peut nous aliéner et ne peut aliéner notre liberté.

 

Ø   Notre présence : contribuer et non pas seulement s'intégrer.Appréhender la spiritualité sous la forme de la libération permet à la fois de nous protéger mais aussi de pouvoir agir et développer une présence active. Longtemps, notre présence, au sens sociologique, a été formulée en terme d’intégration, quand il ne s’agissait pas d’assimilation. Il s’agit aujourd’hui de pouvoir affirmer une présence forte qui n’aille plus seulement dans le sens d’une présence passive mais dans celui d’une contribution réelle et effective. Etre avec les hommes, c’est participer avec eux à construire une société. Entre l’intégration et la contribution, la démarche se veut radicalement différente :

§    se considérer comme « intégré » incite à la justification continuelle de notre présence qui nous incite à nous penser comme une minorité passive, en quête de reconnaissance ou de place à acquérir au sein de cette société.

§    Se penser dans la vision d’une « contribution » revient à poser la question du sens de notre présence, à devenir des acteurs de notre société et non plus des consommateurs. Cela consiste à se penser, avec d’autres, comme une majorité agissante sur notre terrain social et politique.

 

Ø   Notre discours : témoigner et non pas seulement se justifier.De la même façon qu’il faut agir, il faut savoir dire et se dire. Depuis quelques années, on stigmatise l’islam et les musulmans, si les émissions et les écrits se multiplient sur le phénomène musulman, on finit, s’en sans rendre compte parfois, par tomber dans une continuelle justification et à nous défendre de ce que nous ne sommes pas, en finissant par oublier de dire qui nous sommes. Or, l’erreur à ce niveau peut être importante : la justification tend à révéler le complexe et à nous restreindre à ce que l’on veut montrer de nous.

Nous devons nous situer dans une autre démarche, beaucoup plus affirmative et plus positive. Au-delà de savoir et de pouvoir se dire, il s’agit de pouvoir témoigner : de soi, de sa foi, du monde. Savoir dire et se dire de façon claire et transparente dans l’esprit du partage, mais jamais de la compromission. En ce sens, il faut faire preuve à la fois de sincérité, de transparence et de méthodologie. Dans l’affirmation et l’exigence, mais aussi dans la douceur et le respect.

Islam et Engagement (4/5) : Trois décennies après…
Tag(s) : #Islam, #Réflexions

Partager cet article

Repost 0