Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Que voulons-nous ?

 

Si notre présence s’est ancrée, nous avons parfois des difficultés à agir et réfléchir sur notre société et plus particulièrement sur notre communauté. Lors de nos différents engagements, face à nos échecs, nous nous rendons bien compte qu’il nous manque certains éléments de compréhension fondamentaux pour mener à bien notre projet.

Ø   Avant tout et surtout, il faut prendre en compte certains pré requis indispensables à notre engagement. Le premier est bien sûr d’ordre spirituel. Vivre sa foi et chercher à agir pour réformer exige une connaissance minimale de notre exemple prophétique. Il ne s’agit pas de se réclamer de cet héritage sans en connaître les faits mais aussi l’esprit. Le premier réformiste musulman n’était autre que le Prophète (PSL) lui-même. Il mettait Dieu au centre et les principes fondamentaux primaient au-delà de tout. Mais il comprenait aussi sa société, son environnement, sa réalité. Pour mettre ces principes en action, il s’attachait à la façon de les transmettre et de les ancrer dans le cœur des hommes. Exigence et fidélité rimaient avec compréhension et écoute. Pour adapter la société au projet divin, il devait connaître les hommes, leurs coutumes, leurs vies. Telle était la parfaite harmonie entre la lettre et l’esprit de la mission prophétique.

 

Ø   Parallèlement, il nous faut connaître le milieu qui nous entoure : cette société qui est la nôtre et le terrain de notre action. Nous ne pouvons espérer appliquer une spiritualité profonde si nous nous coupons de notre environnement. La réussite des réformistes tels qu’Ibn Badis en Algérie ou Sa‘id an-Nursi en Turquie, réside dans la compréhension profonde de leur contexte combiné à la volonté de témoigner d’une foi. Tous, à travers leurs écrits comme leur action, mettaient en évidence le fait qu’on ne pouvait opérer d’action prégnante et efficace si nous ne connaissions pas tous les éléments constitutifs de notre environnement.

 

Ces deux lacunes – la méconnaissance de l’exemple prophétique et l’absence de compréhension du contexte – handicapent fortement l’action et nous rendent incapables de pouvoir traduire notre idéal à la réalité. Pourtant, l’ambition est grande et il nous faut une exigence importante dans ces deux domaines indissociables.

 

Il faut savoir que les manques que nous avons mis en évidence ne sont pas propres aux musulmans d’Occident. Il demeure souvent difficile de pouvoir lier des convictions personnelles à la prise en compte et à la connaissance parfaite d’un cadre. Cependant, notre plus grand avantage réside dans notre contexte lui-même – raison supplémentaire pour le connaître au mieux. Le cadre qui est le nôtre possède potentiellement tous les moyens nécessaires afin de dépasser ces lacunes ; malgré le climat islamophobe ambiant, la liberté de culte en Europe accorde (encore) des droits importants pour les communautés religieuses, bien plus que dans certains pays dits musulmans. La liberté de penser, de suivre et de pratiquer une religion, ou de s’organiser sont autant d’atouts qui ont permis à l’islam européen de se constituer et de trouver un cadre propice dans lequel une réflexion et une action peuvent être menées.

Islam et Engagement (2/5) : Trois décennies après…
Tag(s) : #Islam, #Réflexions

Partager cet article

Repost 0