Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La France recrute pour l’armée sioniste

Des lieux de culte juifs et des écoles privées juives subventionnées par l’État français deviennent des centres de recrutement de l’armée sioniste.

Alors que des enquêtes sont en cours pour accuser l’État juif de crime de guerre, la France joue à un jeu extrêmement dangereux. L’État français qui, d’une part, interdit, sous prétexte de troubles à l’ordre public, les manifestations dénonçant les massacres de civils palestiniens ; d’autre part, ces même autorités françaises laissent des lieux de culte et des écoles subventionnées par des deniers publics devenir de véritables bases-arrières d’une armée coloniale en pleine guerre sur les territoires qu’elle occupe.

Cette nouvelle collaboration de l’État français avec l’occupant (sioniste) nous rappelle quelques antécédents historiques peu glorieux, cela n’est pas très surprenant. Mais l’amalgame qui est fait entre une armée coloniale sanguinaire et des lieux éducatifs et de culte juifs n’augure rien de bon.

La réalité est bien là. L’État français est un État-collabo qui subventionne indirectement un État colonial et qui laisse utiliser son territoire pour grossir les troupes d’une armée bombardant régulièrement des civils.

Cet État sera responsable de toutes les haines anti-juives que cela produira sans aucun doute. En ne respectant même pas ses propres lois, il crée les ferments de véritables conflits intra-communautaires futurs et il est entrain d’importer le conflit sur le territoire national. C’est honteux et criminel.

Nous sommes gouvernés par des incompétents inconscients. Ce sont nos « responsables » politiques actuels qui doivent être juger pour trouble à l’ordre public.

Yamin Makri

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

L’EXCEPTION ISRAÉLIENNE

Rabha Attaf*

Le Consulat Général d’Israël à Marseille, annonçait en effet, sur son portail internet, la venue d’un haut représentant de Tsahal à Marseille, le 25 mai dernier. En l’occurrence, le Colonel Gil Ben Shaul, Commandant du Meitav, la base de recrutement de Tsahal. Plutôt surprenant ! Sans compter le lieu de la rencontre, tout aussi surprenant : le groupe scolaire privé Gan Ami, située dans le centre-ville de Marseille, sous contrat du ministère (français) de l’Éducation nationale. A ce titre, il figure d’ailleurs sur le listing des établissements de l’Académie d’Aix-Marseille ! La veille, l’ambassade d’Israël organisait aussi une réunion de recrutement à Paris, à la Grande synagogue de la rue de la Victoire (http://www.al-kanz.org/2014/05/31/israel-djihad/). Celle-ci a eu lieu en présence de l’ambassadeur Yossi Gal en personne... et du même représentant de Tsahal !

De quoi s’agit-il ? Le Meitav est une unité spéciale, créée en 2006, et composée de volontaires et non de conscrits faisant leur service militaire obligatoire. C’est l’unité la plus importante en nombre de l’armée israélienne. Les recrues, après leur formation de base, sont dispatchées dans d’autres unités, puis expédiées sur le front des opérations militaires en cas de guerre. Ils demeurent réservistes jusqu’à l’âge de 44 ans et peuvent être mobilisés en un coup de fil.

En l’occurrence, ce sont des citoyens français qui vont servir sous le drapeau israélien ! Comme le célèbre canonnier Gilad Shalit, enlevé le 25 juin 2006 à la lisière de Gaza -puis relâché le 18 octobre 2011 en échange de prisonniers- alors qu’il était en opération dans son tank Merkava 3, l’un des plus puissants du monde. Mais aussi, plus récemment, le sergent Jordan Bensemhoun, un jeune de 22 ans originaire de Vénissieux, recrue d’Egoz, l’unité d’élite de la brigade Golani, la plus décorée de l’armée israélienne. Ce Vénissian est mort le 22 juillet à Shouja’eya, un quartier de Gaza dont une grande partie de la population a été massacrée après le bombardement de leurs habitations. Jordan Bensemhoun était scolarisé au lycée catholique Pierre Termier, à Lyon, jusqu’à l’âge de 16 ans.

(….)

Ainsi, non seulement le recrutement des futurs soldats français de l’armée israélienne se fait, certainement pour des raisons de discrétion, dans des lieux communautaires dont ce n’est pas la destination – la synagogue – mais aussi en violation du droit français concernant le groupe scolaire Gan Ami... qui reçoit des deniers publics français.

(…)

Source :

Pour lire l’article dans son intégralité : http://www.med-in-marseille.info/spip.php?article2358

*Rabha Attaf est Grand reporter, spécialiste du Maghreb et du Moyen Orient et Auteure de « Place Tahrir, une révolution inachevée », éditions Workshop 19.

Tag(s) : #Palestine

Partager cet article

Repost 0