Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les abstentionnistes ont encore battu leur ancien score, et on ne peut que s’en réjouir. Pour plusieurs raisons :

1/ Le changement ne viendra jamais (et n’est jamais venu) par des élections. Quand on veut un réel changement, on ne demande pas la permission. On ne peut pas remettre en cause un système inique et espérer le changer à travers les règles du jeu de ce même système. Ceux qui prétendent le contraire sont ceux qui ne veulent pas d’un autre système ou ne le remettent pas en cause fondamentalement et arrive à se satisfaire de celui-là. Pour ma part, je n’y arrive pas. Ces élections et toutes les autres ne seront que diversions surmédiatisées et qu’une pâle illusion du changement :

– Pour ceux qui sont les complices d'un système qu'ils soutiennent par intérêt.

– Et pour les naïfs et/ou esprits aliénés qui ne peuvent même plus concevoir des voies de changement autres que celles que nous imposent les dominants.

Les vagues roses et bleues que traduisent ces élections ne sont qu'un moyen pour calmer la colère populaire, un défouloir. Le petit bonbon qu'on donne à ces petits enfants qu'on essaie de calmer parce qu'ils se mettent à pleurer trop fort.

2/ C’est de la prétention que de se considérer plus intelligent et plus avisé que les 48% d'électeurs inscrits qui n'ont pas voté au premier tour et des 38% au second. Et je ne parle même pas de ceux qui, dans ce cirque, ne voit pas l’intérêt d’être inscrit sur les listes électorales et qui ne sont donc même pas comptabilisés parmi les abstentionnistes, bien qu’ils le soient… C'est l'aveuglement de l'orgueil et de la condescendance que de tenter de traduire cela uniquement par du désintérêt ou de la démission dite « citoyenne ».

Et si cette part majoritaire (relative) de la population française avait raison. Un peu révolutionnaire comme possibilité... ? N’est-ce pas ?

Et si ces 3/4 des électeurs français (c’est ce que représentent les abstentionnistes + les non inscrits + les votants blanc ou nuls) qui ne veulent plus utiliser ce faux pouvoir de choisir avait bien plus compris qu'on ne le prétend !?

Ne serait-il pas temps de remettre en cause un système qui met au pouvoir des responsables politiques avec moins de 20% des bulletins des « citoyens » français en âge de voter. Aujourd'hui concrètement c'est une petite minorité (souvent mal informés et médiatiquement manipulés) qui décide de mettre au pouvoir des personnes qui n'ont donc que très peu de légitimité. Et qui n'ont réellement que très peu de pouvoirs. Affaiblis, ils ne sont que des jouets aux mains de lobbies communautaires, financiers et industriels.

Personne n'ose remettre ce débat sur la table : remettre en cause ce dieu-démocratie, comme ce dieu-république ou ce dieu-laïcité ?

Désolé, je n'ai qu'un seul Dieu. Et il me faut tout remettre en cause :

- La laïcité est devenue problématique. Elle est l'arme des racistes car fondamentalement elle est conçue sur l'exclusion (de Dieu) et de ceux qui veulent témoigner de Sa présence. Le système laïc français, conçu initialement pour permette la coexistence de toutes les croyances est devenu aujourd'hui le système anti-Dieu.

- la république est devenue problématique. Elle est l'arme des xénophobes car, fondamentalement, elle est conçue sur l'exclusion des non-français. Des élections sans droit de vote aux résidents non français, c'est de l'exclusion. C'est de l'injustice. Désolé je ne vois pas pourquoi on refuserait le droit de voter à mes parents, sous prétexte qu’ils ne sont pas de nationalités françaises alors qu’ils sont citoyens de fait. La république, un beau mot, pour justifier de nouveaux privilèges et pour normaliser les discriminations.

- la démocratie est devenue problématique car elle s'est prostituée avec les forces de l'argent, avec notamment une banque centrale "privée" qui décide de la valeur de nos biens en fonction des intérêts des grandes banques. Et ce sont les proxénètes du FMI et de Bruxelles qui décident, la soumettent et l’exploitent dans l’ombre. Tous les pouvoirs réels ont été délégués aux technocrates de Bruxelles qui, eux, ne sont jamais élus ; c'est de la plaisanterie.

Le seul pouvoir réel qui reste aux (mal) élus, c'est celui de faire le buzz en faisant une petite déclaration Islamophobe ou anti-rom, de temps à autre. C'est une démocratie basée sur l'exclusion des moins riches, des classes défavorisées pour le seul profit des multinationales et des banques. La démocratie, une farce qui cache mal la réalité oligarchique de ce pays.

Je ne suis pas pour le vote blanc. Je suis pour l'abstention. C’est différent. Car je suis pour l'écroulement de ce système. Le problème ne s’est jamais situé pas dans le manque de candidat valable, le problème se situe dans un système qui ne peut que corrompre tous les candidats potentiellement valables.

Quand les abstentionnistes seront plus de la moitié des inscrits, peut être que finalement et avec moins de condescendance, nous commencerons à réfléchir sur un système qu'on a idolâtré mais auquel plus personne ne croit.

C'est pour cela que s'abstenir de voter est un acte digne (face au mépris et au mensonge), juste (face à leur volonté d'exclure) et courageux (face aux discours culpabilisants des dominants et de leurs relais dans notre communauté)... Quand il est fait en conscience.

Aujourd'hui il ne s'agit pas d'encourager les "nôtres" à voter, il s'agit de transformer cet acte juste en un acte conscient et militant, pour participer à l’émergence d‘alternatives à ce système déliquescent.

Aujourd'hui la question n'est pas de trouver le système le plus ingénieux pour savoir comment choisir nos dirigeants. Le système électoral avec une démocratie représentative vaut pour ce qu'il est.

La question fondamentale aujourd'hui n'est pas dans l'accession à un pouvoir de plus en plus fictif ; il est dans la construction de contre pouvoir dans nos sociétés avec deux objectifs :

– Redonner le pouvoir d’agir à ceux qui doivent le gérer dans la transparence. Et donc l’arracher aux oligarques financiers et aux jeux obscurs des lobbies.

– Et contrôler ceux qui sont dans l’exercice de ce pouvoir et s’assurer qu'ils n’agissent que dans les seuls intérêts des gens qui les ont mis à ce poste. Mettre le pouvoir au service du peuple. Et refuser d’être au service de ceux qui se cachent derrière un pouvoir fictif.

 

YM

 
Saluons cette victoire !
Tag(s) : #Réflexions

Partager cet article

Repost 0